Parc National de Taï

Parc National de Taï

Bienvenue sur le parc-national-de-tai.org, un blog sur le parc national de Tai. Le parc national de Taï a reçu son nom de la ville de Taï, située entre le parc et la rivière Cavally, qui est la frontière naturelle de la Côte d’Ivoire avec le Liberia. Le parc national de Taï comprend 5364 km² de forêt tropicale humide primaire et constitue de loin le plus grand reste de forêt tropicale humide d’Afrique de l’Ouest.

Inclus par l’UNESCO dans le réseau des réserves de la biosphère en 1978 et ajouté à la liste du patrimoine mondial en 1982, ce parc est tout simplement un joyau naturel. Continuez à lire notre blog sur le parc national de Tai pour découvrir pourquoi ce parc est inclus dans l’UNESCO et ce qui le rend si spécial.

Les valeurs du patrimoine mondial du parc national de Tai

Les valeurs du patrimoine mondial du parc national de Tai

Une biodiversité exceptionnellement élevée.

Le parc national de Tai abrite un ensemble exceptionnellement diversifié de plantes et d’animaux, dont 1 300 espèces de plantes supérieures et 47 des 54 espèces de grands mammifères connues des forêts tropicales humides de Haute Guinée (le bloc isolé de forêt tropicale humide qui couvre certaines parties de la côte ouest de l’Afrique, du Ghana, de la Côte d’Ivoire à la Sierra Leone). Il existe 11 espèces de primates, dont le singe de Campbell, le singe à nez tacheté et le singe Diana, le colobe noir et le colobe blanc, le colobe rouge et le colobe vert, le mangabey et le chimpanzé ; trois espèces de pangolin (géant, arboricole et à longue queue), le chat doré d’Afrique, le léopard, l’éléphant, le porc de rivière rouge, le porc forestier géant, l’hippopotame pygmée, le chevrotain aquatique, le bongo, le buffle et une variété exceptionnelle de céphalophes forestiers. Plus de 250 espèces d’oiseaux ont été recensées, dont 143 espèces limitées aux forêts primaires et de grands oiseaux importants tels que les calaos et les pintades à poitrine blanche qui ont été fortement réduits ailleurs en raison de la chasse. Aidez-nous à préserver ce parc national d’une valeur incroyable et des habitats fauniques riches. Participez à l’un des tournois de collecte de fonds organisés dans différents casinos en ligne, mais avant de commencer, préparez-vous bien à l’aide du guide Internet-casino-tips. Nous voulons rendre hommage à tous nos amis qui soutiennent notre action et la valeur incroyable de notre nature.

Importance mondiale des espèces, dont beaucoup sont endémiques à l’Afrique de l’Ouest

Plus de la moitié (54 %) des 1 300 espèces de plantes supérieures du parc ne sont connues que dans les forêts de “Haute Guinée” d’Afrique de l’Ouest. Le parc se trouve dans un important “point chaud de la biodiversité” et fait partie des zones d’oiseaux endémiques de Birdlife International (en reconnaissance du grand nombre d’espèces limitées à la zone forestière de Haute Guinée).

Espèces rares et menacées

La faune et la flore diversifiées comprennent de nombreuses espèces rares et menacées, y compris de nombreuses espèces endémiques de la forêt de Haute Guinée. Le chimpanzé, l’hippopotame pygmée et plusieurs espèces de céphalophes (antilopes) et de pangolins de forêt font partie de la faune mammifère menacée au niveau mondial, tandis que plusieurs plantes, que l’on croyait auparavant éteintes (comme Amorphophallus staudtii) ont été découvertes dans le parc.

Le paysage de la forêt tropicale humide est vaste, diversifié et intact

Le parc est l’une des dernières zones restantes de la vaste forêt primaire qui s’étendait autrefois à travers le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone, et constitue le plus grand bloc forestier restant en Afrique de l’Ouest. Avec une superficie d’environ 5 360 km2, le parc national de Tai et la réserve de faune adjacente de N’Zo représentent plus de 50 % de la superficie totale de la “forêt tropicale humide de Haute Guinée” sous stricte protection juridique. En raison de sa grande taille, le parc national de Tai offre une rare opportunité de préserver un écosystème forestier complexe avec les interactions écologiques et les ressources génétiques associées. Le parc est situé dans le sud-ouest pluvieux de la Côte d’Ivoire, sur une pénéplaine granitique en pente, percée de plusieurs inselbergs (affleurements rocheux géants surplombant la canopée forestière environnante, dont le mont Niénokoué, bien visible dans le sud). La végétation est une forêt tropicale dense à feuilles persistantes caractérisée par de grands arbres (40-60 m) au tronc massif, parfois avec de gros contreforts ou des racines sur pilotis. Un grand nombre d’épiphytes et de lianes forment un élément important des strates inférieures de la forêt tropicale. Deux types de forêt distincts se rencontrent, l’un sur les sols pauvres des régions du nord et du sud-est, et l’autre le long de la rivière Sassandra et dans les zones de basse altitude du sud, près du mont Niénokoué. Dans ces zones, il existe une communauté forestière plus haute et plus riche en espèces.

Comme vous le voyez, le parc national de Tai vaut vraiment la peine d’être inscrit au patrimoine mondial. Restez sur parc-national-de-tai.org et continuez à lire notre blog sur le parc national de Taï pour savoir dans quel état se trouve le parc aujourd’hui.

ÉTAT DE CONSERVATION ET PERSPECTIVES

L’état général du parc national de Tai est satisfaisant, bien que le braconnage et les activités d’extraction de l’or alluvionnaire constituent des menaces importantes et permanentes. Les données du recensement des animaux de 2009/10 indiquent une réduction de 50 % des populations de primates au cours des cinq dernières années (en raison du braconnage), toutes les espèces de singes étant gravement touchées. La gestion est limitée par des ressources financières et autres restreintes et le parc est fortement dépendant de l’aide internationale. Il y a eu un certain empiètement agricole et les ressources du parc subissent une pression croissante de la part des communautés en expansion le long des limites du parc.